[Manga] Alice19th

Alice19th est un manga illustré par Watase Yū. Le premier des sept volumes est sorti le 20 novembre 2001 aux éditions SHOGAKUKAN dans la collection FLOWER COMICS. Le manga avait été pré-publié à partir de juillet 2001 dans le magazine bimensuel Sho-Comi des éditions SHOGAKUKAN.

Bishōnen et rivalité féminine

Première de couverture du premier volume.

Première de couverture du premier volume.

Seno Alice est une jeune fille réservée qui n’arrive pas à exprimer ce qu’elle pense. Un jour, elle sauve un lapin sur le point de se faire écraser par une voiture. Suite à cet évènement, elle se rapproche du garçon dont elle est amoureuse : Wakamiya Kyō. Mais la sœur aînée d’Alice, la populaire Mayura, avoue ses sentiments à ce même Wakamiya Kyō et ils entament alors une relation au grand dam d’Alice. C’est alors que le lapin qu’Alice a sauvé réapparaît sous la forme d’une petite fille qui dit s’appeler Nyozeka et qui lui apprend qu’elle est une Lotis Master. Alice ne veut pas y croire et pourtant, dans un moment de colère, elle use accidentellement de son pouvoir contre sa sœur. Le cœur de Mayura est alors enfermé dans de profondes ténèbres. Pour sauver sa sœur, Alice est déterminée à devenir une Lotis Master accomplie. Dans cette aventure, de nombreux compagnons se joindront à elle dont Nyozeka, Wakamiya Kyō ainsi qu’un mystérieux garçon venu d’une lointaine contrée : Frey.

Après Imadoki! Watase Yū est de retour pour une série plus longue un peu à la Fushigi Yūgi. Cette fois-ci, ce ne sont pas deux amies mais deux sœurs qui sont amoureuses du même garçon (et qui ont clairement un gros problème de communication) mais le résultat est quasiment le même. Si vous pensiez que Yui était mauvaise, attendez de voir Mayura, vous ne serez pas déçu. Heureusement qu’elle a l’excuse d’être contrôlée. La comparaison s’arrête là car l’histoire d’Alice19th est quand même moins complexe que celle de Fushigi Yūgi mais elle est tout aussi captivante et j’ai bien aimé. Il y a ce qu’il faut de bishōnen, de rivalité féminine, de triangles amoureux et de retournement de situation.

Lotis Master

Seno Alice est amoureuse de Wakamiya Kyō.

Seno Alice est amoureuse de Wakamiya Kyō.

Seno Alice est en première année de lycée. De toutes les héroïnes que Watase Yū a créées, c’est certaine la plus calme. Elle est innocente, émotive et plutôt solitaire. Au début de l’histoire, on ne lui connaît pas d’ami proche. Elle apprendra à se lier aux gens au fil de l’histoire, notamment avec Nyozeka, le mystérieux lapin blanc qui peut prendre l’apparence d’une petite fille. Alice est amoureuse de Wakamiya Kyō, son senpai, en deuxième année de lycée. Comme elle, il a du mal à se lier au gens et est également un Lotis Master. Il fait partie du club de kyūdō du lycée et est dans la même classe que Mayura.

Frey Weilhausen est un Lotis Master norvégien. C’est un coureur de jupon qui dès sa première rencontre avec Alice à voulu faire d’elle son épouse. Christopher William Orson Andrew Roland XIII, Chris pour les intimes, est un Lotis Master anglais. Jeune prodige issu de la noblesse, il est à seulement 13 ans étudiant dans une université. Il jouit d’une grande fortune, d’un grand prestige et d’une grande intelligence mais est terriblement solitaire. Pai Meilin est une Lotis Master chinoise. À Shanghai, elle appartient à une agence d’idol. Billy McDowell est un Lotis Master américain. Il est assez grossier quand il s’exprime mais est, en fait, très gentil. Il travaille comme postier.
Seno Mayura est la grande sœur d’Alice. Elle fait partie, comme Wakamiya Kyō, du club de kyūdō du lycée. C’est une excellente élève à qui tout semble possible.Il y a également quatre autres antagonistes (Samuel, Kaena, Eric et un dernier dont le nom est inconnu) que je ne présenterai pas pour ne pas dévoiler l’intrigue.

Toute une palette d’émotions

Alice est certainement l'héroïne la plus calme de Watase Yū.

Alice est certainement l’héroïne la plus calme de Watase Yū.

Alice19th, c’est un manga sans prétention qui n’a connu aucune adaptation et pourtant, l’histoire est bien sympathique. J’ai apprécié que l’héroïne ne soit pas un modèle de perfection. Au début de l’histoire, elle manque terriblement de courage et est incapable d’avouer ses sentiments au garçon qu’elle aime. Elle vit dans l’ombre de sa sœur qu’elle envie d’être ce qu’elle n’est pas. La frustration d’Alice, après que Mayura ait avoué ses sentiments à Kyō, est parfaitement bien exprimée sur les traits de son visage. Heureusement, la rencontre d’Alice avec Nyozeka, le lapin blanc, va changer son destin. Pour ceux qui se posent la question du parallèle avec Alice aux pays des merveilles, ça ne va pas plus loin que le prénom de l’héroïne et du fameux lapin blanc.
Pour revenir à l’intrigue, je n’ai qu’un reproche à faire : on voit bien trop vite où Watase Yū veut nous amener et les retournements de situations sont assez prévisibles. Un peu plus de suspens et tension n’auraient pas été de trop, à mon avis.

Je recommande la lecture d’Alice19th à tous (sauf ceux qui sont allergiques aux shōjo manga et/ou au style de Watase Yū). Les quelques scènes de fanservice ne sont pas trop audacieuses et ne choqueront donc personne. J’exagère peut-être en écrivant ça mais je trouve que l’histoire de ce manga fait réfléchir sur les conséquences de ce qu’on peut dire sous le coup de la colère. D’ailleurs, il n’est pas question que de colère. Toute une palette d’émotions positives comme négatives est abordée : l’admiration, l’amour, le désir, la haine, la joie et la tristesse. Et puis, finalement, on peut lire ce manga juste pour le plaisir du bishōnen.

Coralie

J'aime les anime, manga et jeux vidéo en version originale. Mes sujets favoris sont Tetsuwan Atom, les jeux Famicom, Watase Yū et les jeux d'Otomate.

You may also like...

Leave a Reply

%d bloggers like this: