[OVA] Kodomo no omocha

Kodomo no omocha est une OVA réalisée par Suzuki Iku et produite par J.C.STAFF. Sortie au Japon le 16 décembre 1995, cette OVA d’un épisode de 30 minutes est l’adaptation du manga du même nom d’Obana Miho.

Un unique épisode

Hayama Akito et Ōki Tsuyoshi.

Hayama Akito et Ōki Tsuyoshi.

Kurata Sana est une fille pleine d’énergie qui passe régulièrement à la télé dans une émission intitulée Kodomo no omocha. Entourée de sa mère, Kurata Misako, une romancière un peu bizarre, et de son efficace manager, Sagami Rei, Sana est une fille qui nage dans le bonheur. Mais à l’école, il y a un problème : les garçons de sa classe font un tel désordre qu’il est impossible de faire cours. Et celui qui orchestre ce désordre, c’est Hayama Akito. Dans un premier temps, Sana veut éviter les ennuis et n’intervient pas. Mais sa colère finit par éclater et elle s’attaque à Akito. Pour arriver à ses fins, Sana trouve un point faible à Akito et l’exploite jusqu’à ce que la situation en classe redevienne normale.
L’OVA semble vouloir respecter l’intrigue du manga mais pas le character design. On est loin des personnages dessinés par Obana Miho et Kurata Sana est même blonde alors que sur les couvertures du manga, elle a les cheveux châtain foncé. On ne retrouve pas non plus l’ambiance un peu folle qui règne dans le manga et l’unique épisode sorti ne couvre que le tout début du premier volume.

Ennemi et ami

Kurata Sana et Sagami Rei.

Kurata Sana et Sagami Rei.

Le personnage principal, Kurata Sana, évolue dans l’industrie du spectacle. Dans l’OVA, on ne la voit tourner qu’une émission de divertissement, Kodomo no omocha, et le fameux drama qui résout les problèmes de la famille Hayama.
La mère de Sana, Kurata Misako, est une romancière populaire. Sur sa tête, vit son animal de compagnie : un écureuil nommé Maro-chan.
Le manager de Sana, Sagami Rei, est un jeune homme qui s’est retrouvé à la rue suite à une accumulation de désastres. Dans l’OVA, ni son passé ni sa relation particulière avec Sana n’est évoquée.
Hayama Akito est, au début de l’OVA, l’ennemi de Sana. À la fin, leur relation semble s’améliorer. Il vit avec son père, Hayama Fuyuki et sa sœur aînée, Hayama Natsumi.

OVA bâclé

Kumagai Hisae, Kurata Sana et Suzuki Mami.

Kumagai Hisae, Kurata Sana et Suzuki Mami.

On ne va pas se mentir, cet OVA est raté. Les personnages sont laids et ne ressemblent pas à ceux d’Obana Miho. L’humour de la mangaka est passé à la trappe pour créer une ambiance assez sérieuse, ce qui est ridicule quand on connaît le manga. Kurata Sana est elle aussi beaucoup trop sérieuse, pas assez agitée et carrément froide envers son manager, Sagami Rei, alors qu’elle est censée être amoureuse de lui. Hayama Akito ne fait pas chanter les professeurs donc rien n’explique qu’un tel désordre soit toléré dans la classe si ce n’est la faiblesse des professeurs. Il ne s’en prend pas non plus à Suzuki Mami alors que c’est un passage relativement important de l’histoire. Il n’en a pas l’air moins mauvais pour autant et même quand sa situation familiale est abordée, il ne montre aucun signe de souffrance alors que tout vient de là. Bref, j’ai vraiment le sentiment que cet OVA a été bâclé.

Pas dans l’esprit du manga

On croirait presque qu’on s’apprête à regarder un anime ecchi.

On croirait presque qu’on s’apprête à regarder un anime ecchi.

Le choix des couleurs est souvent plus que douteux. Les cheveux blonds de Kurata Sana et les cheveux bleus d’Hayama Natsumi n’étaient vraiment pas une bonne idée. Suzuki Mami, elle, a non seulement les cheveux mais aussi les yeux rouges.
Les tons roses du titre de l’OVA (qui est aussi le titre d’une émission dans l’histoire) sont aussi de mauvais goût : on croirait presque qu’on s’apprête à regarder un anime ecchi. C’est dommage car en dehors de ces maladresses, le décor est assez détaillé que ce soit sur les lieux du tournage, dans la salle de classe ou encore dans un café.
Pour finir, un mot sur les tenues, en particulier celles de Sana, qui comme pour sa personnalité et son physique, ne sont pas du tout dans l’esprit de ce qui se faisait dans le manga.

Erreur de casting

Kurata Sana et Hayama Akito.

Kurata Sana et Hayama Akito.

Malheureusement, ce n’est pas du côté de la musique, quasiment inexistante, que les choses s’améliorent. Même la theme song, Kodomo no kimochi, interprétée par Yokoyama Chisa, qui double Sana, est mièvre. Yokoyama Chisa est une grosse erreur de casting : elle contribue largement à la mauvaise image que j’ai eu de Sana dans cette OVA. Même Ogata Megumi, dans le rôle d’Akito, n’était pas un choix avisé. Mais au moins, même dans un rôle qui ne lui va pas, Ogata Megumi joue d’une façon remarquable. On ne peut pas en dire autant d’Omoro Masayuki qui prête sa voix à Hayama Fuyuki. Je n’ai jamais entendu quelqu’un jouer aussi mal.
Bon, vous l’avez compris : j’ai détesté. Comment un manga aussi exceptionnel que Kodomo no omocha a pu être aussi mal adapté ? Et à quoi bon adapter les 80 premières pages d’un manga s’il n’y a pas de suite ? Vous me direz, c’est pas plus mal que le carnage ne soit pas allé plus loin.