[TV anime] Lady Georgie

Lady Georgie est une série TV réalisée par Yoshida Shigetsugu. Produite par ASAHI BROADCASTING CORPORATION, Asahi tsūshinsha (devenue ASATSU-DK) et Tōkyō movie (devenue TMS ENTERTAINMENT), la série fut diffusée pour la première fois au Japon le 9 avril 1983. Lady Georgie compte 45 épisodes d’une vingtaine de minutes. Cet anime est l’adaptation du manga Georgie! d’Izawa Man et Igarashi Yumiko.

Mauvaise adaptation

Georgie et Lowell.

Georgie et Lowell.

L’histoire se déroule en Australie où vit paisiblement la jeune Georgie avec ses parents et ses deux frères, Abel et Arthur, tous deux amoureux d’elle au grand dam de leur mère. Georgie, elle, tombe amoureuse de Lowell, le petit-fils du gouverneur de Sydney. Georgie cache sa relation amoureuse à sa famille alors qu’Abel et Arthur finissent par se battre pour elle. Quand la mère découvre fortuitement la relation de Georgie et de Lowell, de tristesse et de rage, elle chasse Georgie de la maison, lui révélant au passage qu’elle est en fait la fille d’un prisonnier exilé. Georgie part alors en Angleterre, à la recherche de ses origines avec, pour seul indice, le bracelet qu’elle porte depuis sa naissance.
Lady Georgie souffre du même mal que CANDY♥CANDY : une mauvaise adaptation. On a là une version édulcorée du manga avec une vingtaine d’épisodes qui ne servent strictement à rien et des éléments importants de l’histoire originale qui passent à la trappe.

Trop de changements

Abel et Georgie.

Abel et Georgie.

Beaucoup de choses m’ont contrariée dans cet anime. Au niveau des personnages, il y en a trois précisément. D’abord, l’ajout de personnages qui n’existaient pas dans le manga. Je pense au chien et au koala, bien sûr, mais aussi au père d’Abel et Arthur. On ne le voit pas dans le manga car l’histoire commence après sa mort. Dans l’anime, il apparaît dans quatre épisodes qui ne servent strictement à rien. Il y a une scène où, dans le manga, Georgie se trouve dans la rivière avec Arthur et trouve une entrave de prisonnier qu’Arthur s’empresse de jeter au loin. Dans l’anime, cette scène se passe avec le père adoptif de Georgie. Quel intérêt ? Je ne comprends pas ce choix. Ensuite, l’anime est exclusivement axé sur la relation entre Georgie et Lowell et fait l’impasse sur le deuxième amour de Georgie. C’est tellement dommage ! Et les conséquences sont deux fins différentes. J’ai adoré la fin du manga alors que la fin de l’anime est d’une triste banalité. On fait de Lowell un personnage important de l’histoire alors que finalement, il ne l’est pas tant que ça, je trouve. Pour moi, il ne sert qu’à mettre en relief le deuxième amour de Georgie. Et enfin, certains personnages changent physiquement. Je pense au père biologique de Georgie, au duc Dangling et à Irwin particulièrement. Le père de Georgie est un bel homme dans le manga alors que dans l’anime, on l’a affublé de cheveux courts et d’une stupide moustache pour mieux coller à une « image de papa ». Irwin est un personnage aux traits fins dans le manga. Dans l’anime, il a un menton carré qui gâche tout son charme. En plus, toujours dans l’anime, il est le fils du duc alors qu’il n’est que son neveu dans l’histoire originale. Et pour finir, l’apparence physique du duc Dangling lui donne un air bête et méchant dans le manga. Il ne devait pas être assez crédible puisque dans l’anime son physique change pour lui donner seulement l’air méchant.

Nudité et violence

Arthur et Georgie.

Arthur et Georgie.

Je suppose que s’il y a vingt épisodes qui n’ont rien à voir avec le manga, c’était, à l’époque, pour que la diffusion de l’anime ne soit pas en avance sur la publication du manga. Je comprends mais quand même : vingt épisodes où on suit Abel, Arthur et Georgie alors qu’ils ne sont que des enfants. Qui ça intéresse ça ? Certainement pas moi. Et en parlant d’enfants. Je disais plus haut que l’anime est une version édulcorée du manga : on a supprimé toute passion qui aurait pu brûler l’écran, la drogue et plein d’autres choses mais il reste quand même de la nudité et de la violence qui font que l’anime n’est pas adapté à un jeune public selon moi. À quoi bon gommer certains éléments si d’autres tout aussi gênants restent ? Exemple : à Londres, Arthur souffre le martyre. Une blessure à la tête est évoquée alors que dans le manga, Dangling et Irwin droguent Arthur qui a découvert leur secret. Pourquoi modifier la véritable raison du mal de tête d’Arthur, qui explique d’ailleurs bien d’autres choses ? Ce n’est pas plus choquant de voir les personnages nus.

Tenues incongrues

Elise et Lowell.

Elise et Lowell.

Au niveau des décors, je n’ai rien remarqué d’extraordinaire que ce soit dans les paysages australiens ou londoniens. Mon attention se porte plus sur les tenues des personnages, en général. Ici, j’ai été assez déçue des tenues que portent Georgie et les personnages masculins. Le plus mal habillé est sûrement Arthur : j’ai trouvé incongru la chemise ouverte ou encore la marinière qu’il porte dans certains épisodes. La première lui donne l’air presque vulgaire et la deuxième l’air enfantin. Un juste milieu et un peu plus de bon goût auraient été les bienvenus. Abel et Lowell sont un peu mieux lotis et portent des vêtements qui correspondent bien à leurs personnages. On peut aussi noter, car c’est un thème assez récurrent dans les shōjo manga, que Georgie se travestit plusieurs fois en garçon : pour le concours de boomerang, pour se rendre à Londres et pour demander à Maria de venir en aide à Arthur. Le travestissement d’une héroïne shōjo est quelque chose que j’aime bien quand il s’accompagne d’ambiguïté sexuelle comme dans Versailles no Bara ou carrément de relation homosexuelle comme dans Bishōjo Senshi Sailor Moon. Dans le cas de Georgie, je trouve que son travestissement n’a aucun intérêt.

Musiques fades

Arthur, Abel et Georgie.

Arthur, Abel et Georgie.

Souvent, quand je n’aime pas l’adaptation d’un manga en anime, je finis par écrire : heureusement, la musique et les seiyū sauvent les meubles. Bon ben là, c’est même pas le cas. Je n’ai pas vraiment aimé les génériques et les musiques qui accompagnent l’anime sont fades. Et chez les seiyū, y a du beau monde mais ce sont pas mes préférés. Yamamoto Yuriko qui double Georgie, par exemple, n’a pas eu d’autres rôles qui m’ont marquée. Bon, en même temps, les seiyū qui jouent des rôles féminins sont rarement ceux qui me restent en mémoire. Hori Hideyuki fait parti de ceux que j’aime bien. Il prête sa voix à Abel et il est bien connu aussi pour avoir doublé Phoenix no Ikki dans SAINT SEIYA. Nagahisa Isao est le seiyū d’Arthur. Pour une raison que j’ignore, ce monsieur dont j’ai bien apprécié la voix, ne semble pas avoir persévéré dans la voie du doublage. C’est bien dommage. Enfin, Mitsuya Yūji qui se cache derrière Lowell a doublé un personnage que j’aime bien et qui n’est pas si différent de Lowell, je pense : Archibald Cornwell dans CANDY♥CANDY.
Bon, on ne va pas se mentir, Lady Georgie est une mauvaise adaptation d’un merveilleux manga. Si vous en avez l’occasion, lisez plutôt l’histoire originale, vous ne serez pas déçus.

Coralie

J'aime les anime, manga et jeux vidéo en version originale. Mes sujets favoris sont Tetsuwan Atom, les jeux Famicom, Watase Yū et les jeux d'Otomate.

You may also like...

Leave a Reply

%d bloggers like this: