[Manga] AIR

AIR est un manga illustré par Katsura Yukimaru et édité par KADOKAWA SHOTEN dans la collection Kadokawa Comics A. Sortis respectivement le 10 août 2005 et le 10 juillet 2006, les deux volumes du manga comptent ensemble 15 chapitres. Il s’agit d’une nouvelle adaptation du jeu du même nom.

Grosse entorse à l’histoire originale

AIR

Première de couverture du premier volume.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’histoire, la voici : Kunisaki Yukito, un jeune vagabond marionnettiste rencontre par hasard, dans une petite ville au bord de la mer, une jeune fille nommée Kamio Misuzu. Misuzu est un peu étrange et veut désespérément jouer avec Yukito qui lui a d’autres soucis en tête : il a égaré la poupée avec laquelle il fait ses spectacles. Sans poupée, pas de spectacle ; et sans spectacle, pas d’argent pour manger. Grâce à la persévérance de la jeune fille, Yukito et Misuzu finissent toutefois par se lier d’amitié. Mais peu à peu, Yukito remarque que Misuzu n’est pas juste bizarre : elle semble lutter contre une mystérieuse maladie.

Après, la série TV et le film d’animation, Yukito et Misuzu sont de retour pour l’adaptation d’AIR en manga. Ne vous fiez pas à la couverture, comme dans le film, les histoires de Kirishima Kano et Tōno Minagi sont délaissées au profit de celle de Kamio Misuzu (tant pis pour les fans de Kano et Minagi). L’arc SUMMER, qui est pourtant un élément important de l’histoire, passe complètement à la trappe. Faut dire qu’en seulement deux volumes, il était difficile pour Katsura Yukimaru de traiter tous les arcs et toutes les histoires. Kamio Misuzu étant mon personnage préféré, l’impasse faite sur les deux autres personnages ne m’a pas du tout dérangée (au contraire). En revanche, j’ai été un énormément déçue par l’absence de l’arc SUMMER et surtout (surtout !) par la fin qui est selon moi une grosse entorse à l’histoire originale. Je me demande bien ce qui est passé par la tête de Katsura Yukimaru pour nous sortir une fin pareille.

La fille ailée

Kunisaki Yukito et Kamio Misuzu.

Kunisaki Yukito et Kamio Misuzu.

Kunisaki Yukito voyage seul et pour manger, il donne des spectacles où il fait bouger, à l’aide d’un mystérieux pouvoir, une vieille poupée. Son but est de rencontrer la fille ailée qui vit dans le ciel dont lui parlait sa défunte mère quand il était petit. Il est un peu brusque dans sa façon d’être et manque parfois de sens commun mais il est au fond très gentil.
Kamio Misuzu est la première à rencontrer Yukito à qui elle adresse la parole dans l’espoir de gagner son amitié. Car Misuzu n’a pas d’amies et s’ennuie. Elle vit avec sa tante Haruko qui est souvent absente à cause de son travail. À l’école, elle a de mauvaises notes et est fréquemment en retard. Malgré cette existence plutôt triste, elle sourit et rit tout le temps.

Kamio Haruko est l’opposée de sa douce et nonchalante nièce. Hyperactive, grosse buveuse, elle est ouverte d’esprit et parle le kansai-ben. Elle possède une moto qu’elle conduit même sous l’emprise de l’alcool (ne faites pas ça dans la vraie vie) et qu’elle envoie valser contre la grange de la maison quand elle rentre (ne faites pas ça non plus).
Kirishima Kano est une fille enjouée qui porte au poignet droit un bandana jaune qu’elle ne doit pas enlever si elle veut pouvoir un jour utiliser la magie. Ses parents étant décédés, elle vit seule avec sa sœur aînée, Kirishima Hijiri, qui dirige une petite clinique.
Tōno Minagi est la camarade de classe de Misuzu et dirige le club d’astronomie de son école dont elle est le seul membre. Calme, elle laisse peu paraître ses émotions mais elle déborde d’amour maternel et a un doux caractère.

Manque de charme

Kirishima Kano et Hijiri, Tōno Minagi et Michiru, Yukito et Misuzu.

Kirishima Kano et Hijiri, Tōno Minagi et Michiru, Yukito et Misuzu.

Quand j’ai vu qu’il n’y avait que deux volumes pour l’adaptation de ce long jeu qu’est AIR, j’ai su que Katsura Yukimaru n’allait pas raconter tous les arcs en détails. Personnellement, cela ne m’a nullement dérangé qu’il n’y ait que l’histoire de Misuzu de racontée. Fans de Minagi, ne soyez pas tristes, un court chapitre lui est consacré à la fin du deuxième volume. C’est mieux que rien. Pour les fans de Kano, en revanche, il n’y a pas de lot de consolation. Mais lisez quand même ce manga car il est vraiment très drôle ! Une de mes scènes favorites est quand Haruko rentre du travail et découvre que Misuzu a invité Yukito à dormir chez elles alors qu’il est un parfait inconnu. Les échanges entre les trois personnages sont tout simplement hilarants. Cette scène est bien sûr tirée du jeu et elle apparaît aussi dans la série TV. Je l’adore.

Concernant l’illustration, le style de Katsura Yukimaru est vraiment très beau. J’ai trouvé les personnages féminins joliment dessinés mais pour Yukito, j’ai trouvé qu’il manquait de charme. Et concernant le scénario, j’ai tellement apprécié de retrouver l’humour du jeu que je pardonne l’absence de l’arc SUMMER et la fin un peu malmenée.

Malgré ses quelques défauts, le manga AIR n’est pas une mauvaise adaptation. Comme Dezaki Osamu et son film, Katsura Yukimaru a voulu donner son interprétation de l’œuvre originale et elle s’en tire plutôt bien. Un ou deux volumes en plus n’auraient pas été de trop pour inclure l’arc SUMMER et ainsi expliquer ce qui arrive à Yukito et Misuzu. Pour apprécier entièrement ce manga, l’idéal serait d’avoir joué au visual novel et/ou d’avoir vu la série TV.

Coralie

J'aime les anime, manga et jeux vidéo en version originale. Mes sujets favoris sont Tetsuwan Atom, les jeux Famicom, Watase Yū et les jeux d'Otomate.

You may also like...

Leave a Reply

%d bloggers like this: