[Manga] Otenami haiken!

Otenami haiken! est un manga illustré par Watase Yū. L’unique volume est sorti le 26 janvier 1991 aux éditions SHOGAKUKAN dans la collection FLOWER COMICS. Les deux histoires de ce manga avaient été pré-publié en 1990 dans le magazine bimensuel Sho-Comi des éditions SHOGAKUKAN. Otenami haiken! est le troisième volume de la collection Watase Yū kessakushū.

Restaurants d’udon

Otenami haiken!

Première de couverture.

Bonne surprise : Otenami haiken! ne compte que deux histoires alors que les deux volumes précédents (Gomen asobase! et Magical・Nan) en comptaient quatre. C’est la promesse d’histoires plus longues et donc plus développées !

Dans la première histoire, Otenami haiken!, on suit Umeki Kaworu, fille d’un propriétaire de restaurant d’udon, qui rêve de devenir buyōka (danseuse) comme le garçon qu’elle aime, Kurazawa Kyōnosuke. Le père de Kaworu, lui, souhaite plutôt voir sa fille lui succéder à la tête du restaurant familial et la pousse à se présenter à un concours de fabrication d’udon. Si Kaworu remporte le premier prix, non seulement elle épongera les dettes de son père (qui est blessé aux dos et ne peut pas participer) mais elle pourra aussi vivre sa vie comme elle l’entend. Si elle perd, elle devra épouser l’un de ses deux prétendants, Takeo Shūji et Matsui Yoshimasa, tous deux fils de propriétaires de restaurants d’udon, comme elle.

La seconde histoire, Heart ni jewel, se déroule en Inde (le pays a sûrement inspiré Watase Yū pendant son séjour). En 1988, l’avion dans lequel se trouve la jeune Eru s’écrase. Eru et un jeune homme nommé Subaru sont les deux seuls survivants du crash. Pendant deux, ils vivent paisiblement au sein de la forêt dans laquelle l’avion s’est écrasé. Un jour, Eru tombe accidentellement dans un trou et y découvre du saphir. Subaru l’autorise à prendre une petite pierre qu’il met dans un collier et offre à Eru. Mais quand Eru touche au petit appareil tombé de la poche de Subaru, ce dernier se met en colère et est enlevé peu de temps après. Eru, accompagnée de son fidèle petit singe, part à la recherche de Subaru à travers l’Inde.

Les garçons aux cheveux noirs

Otenami haiken!

Kaworu rêve de devenir buyōka.

Comme dit plus haut, avec seulement deux histoires dans ce volume, on pouvait s’attendre à des personnages plus développés et à des histoires un peu plus complexes que celles offertes dans Gomen asobase! et Magical・Nan. Et puis la première de couverture annonce trois garçons ! Ça sent au moins un triangle amoureux, n’est-ce pas ? Eh ben pas vraiment. Kaworu est amoureuse de Kyōnosuke et les sentiments semblent réciproques dès le début. Concernant les deux autres, Shūji et Yoshimasa, il n’y a en fait que Yoshimasa qui est un prétendant sérieux. Et encore sérieux est un grand mot mais il contribue à apporter un peu de suspens dans l’histoire. Du côté de Kyōnosuke, j’ai également cru que Maiko, qui ne cesse de rabaisser Kaworu, allait poser un problème mais en fait non. Elle est juste là pour être méchante. Dommage.

Pour en revenir aux trois prétendants, jusqu’ici Watase Yū couplait plutôt ses héroïnes avec des garçons bruns (à l’exception de Fumino qui tombe amoureuse de l’Américain Edy). Alors j’ai été assez surprise de découvrir que le personnage principal masculin était blond. Et c’est de loin le plus beau même si Yoshimasa, son rival le plus sérieux, n’est pas mal non plus avec son air fripon. Kyōnosuke fait plus « bon gendre » mais Yoshimasa montre aussi que sous ses airs frivoles, il reste un garçon sérieux. Shūji, lui, n’a malheureusement rien à montrer. Il est cantonné à un rôle plus que secondaire et même s’il avait été absent, l’histoire aurait (presque) été la même. Watase Yū le dit elle-même (page 43). Elle avoue également que son favori n’est pas Kyōnosuke mais Yoshimasa car elle a une préférence pour les garçons aux cheveux noirs. Nakago n’était pas encore passé par là.

Histoires un peu développées

Otenami haiken!

Kaworu est la fille d’un propriétaire de restaurant d’udon.

Heart ni jewel, lui, ne présente qu’un seul personnage masculin mais quel personnage ! Subaru est ce qui se rapproche le plus d’un futur Tamahome ! Style vestimentaire compris ! Allez savoir pourquoi (je rappelle que l’histoire se déroule en Inde pas en Chine).

Bon, le vrai problème n’est pas là. Le vrai problème, c’est l’âge des personnages. Watase Yū ne dit pas exactement quel âge ont Eru et Subaru mais elle raconte que ses amies ont estimé que Subaru semble avoir entre 18 et 20 ans et qu’Eru semble en avoir 6 de moins. Personnellement, je trouve qu’Eru a le corps bien trop développé pour n’avoir que 12 ou 14 mais passons… Watase Yū continue et explique que ses amies lui ont alors fait remarquer que, vu l’âge des personnages, c’est une situation dangereuse, que ça sent le lolicon, etc.
Bref, la mangaka rapporte cette discussion avec ses amies uniquement pour faire rire le lecteur et à aucun moment, elle ne désavoue les propos de ses amies. Ces dernières ne font d’ailleurs aucun reproche à Watase Yū, tout ça est clairement dit sur le ton de la plaisanterie. En même temps, s’il est clair que Subaru et Eru sont amoureux l’un de l’autre, ils n’ont pas de relation sexuelle. Heart ni jewel est une histoire plutôt innocente, ne vous faites pas de film.

Otenami haiken! est jusqu’à présent le meilleur des trois volumes de la collection Watase Yū kessakushū. Bon, on est toujours pas dans le chef-oeuvre, faut pas exagérer non plus, mais deux histoires un peu développées valent mieux que quatre sans consistance. Espérons que ce soit la même chose pour le prochain volume de la collection.

Coralie

J'aime les anime, manga et jeux vidéo en version originale. Mes sujets favoris sont Tetsuwan Atom, les jeux Famicom, Watase Yū et les jeux d'Otomate.

You may also like...

1 Response

  1. 23 juillet 2016

    […] bon espoir de voir Suna no Tiara proposer seulement deux histoires comme le volume précédent, Otenami haiken!, mais non, ce volume compte trois histoires : Suna no Tiara, Hatsuki triangle et 700 nichi no […]

Leave a Reply

%d bloggers like this: