[OVA] Fushigi Yūgi -Eikō Den-

Fushigi Yūgi -Eikō Den- est une OVA réalisée par Shimazaki Nanako et produite par SHOGAKUKAN, FCC, PIONEER ENTERTAINMENT et le studio Pierrot. Sortie au Japon le 21 décembre 2001, cette OVA de fantasy compte quatre épisodes d’environ 25 minutes. Il s’agit de l’adaptation du roman Fushigi Yūgi Gaiden -Eikō Den- de Nishizaki Megumi.

Quelque chose de potable

Fushigi Yūgi -Eikō Den-

Sukunami Taka et Sakaki Mayo

L’héroïne est une jeune fille nommée Sakaki Mayo qui est amoureuse de Sukunami Taka. Jalouse de Miaka qui a épousé ce dernier, Mayo se rend à son tour dans le monde du livre pour y devenir la seconde prêtresse de Suzaku.

Est-ce que vous sentez venir l’histoire tirée par les cheveux ? Avant de vous dire tout le mal que je pense de cette OVA, un petit mot sur les romans dont elle est tirée. Nishizaki Megumi a écrit une série de treize romans qui ne sont pas mauvais mais qui ne méritaient pas pour autant d’être adaptés. Pas de chance, ce sont les deux moins bons de la série, les deux volumes de Fushigi Yūgi Gaiden -Eikō Den- qui ont été choisis. L’histoire est déjà pas très développée dans le roman, la moindre des choses aurait été de la conserver entièrement dans l’OVA pour avoir quelque chose de potable.

Un maximum de personnages

Fushigi Yuugi Eikouden 02

Miaka et les sept guerriers stellaires de Suzaku

Premier mauvais point de Fushigi Yūgi -Eikō Den-, l’héroïne est une fille détestable. Vous trouviez Hongo Yui mauvaise ? Elle est mignonne à côté de Sakaki Mayo qui va tenter de tout prendre à Miaka et se montrer désagréable envers tous les autres personnages.
Le second mauvais point est terriblement subjectif mais je suis certaine qu’il sera partagé par d’autres personnes. Nakago n’apparaît pas dans cette OVA. Évidemment, il n’a aucune raison d’apparaître puisque c’est une histoire qui ne concerne que le royaume de Kōnan et son dieu Suzaku. Mais d’un autre côté, le but de cet anime est clairement de faire apparaître un maximum de personnages du manga alors pourquoi pas Nakago ? On n’est pas à une excentricité près ! Nakago n’apparaît pas non plus dans le roman mais il se trouve que Fushigi Yūgi -Eikō Den- ne reprend pas seulement les deux volumes de Fushigi Yūgi Gaiden -Eikō Den-. Il y a aussi une partie du roman Fushigi Yūgi Gaiden -Suzaku Hi Den-. Même s’il était impossible d’inclure Fushigi Yūgi Gaiden -Seiran Den- (ce roman raconte l’ascension de Nakago au sein de l’armée du royaume de Kutō avant les événements du manga), il aurait été certainement aisé de le faire apparaître en caméo, réincarné comme Chiriko, Mitsukake, Nuriko et Hotohori.

Pas le temps de s’émouvoir

Fushigi Yuugi Eikouden 03

Tetsuya et Yui sont des personnages secondaires dans cette série d’OVA.

Vu que Watase Yū s’était débarrassé de la majorité des sept guerriers de Suzaku dans le manga, une des façons possibles de les faire réapparaître était de les réincarner. Alors voilà, la moitié de Fushigi Yūgi -Eikō Den- se passe à la recherche des réincarnations de Chiriko, Mitsukake, Nuriko et Hotohori. L’idée semble bonne et est d’ailleurs plutôt bien mise à exécution dans le roman mais l’OVA s’est permis quelques coupes ici et là qui enlèvent le peu d’émotions que le roman parvenait à transmettre. Dans le cas de Chiriko, par exemple, c’était bizarre d’imaginer un nourrisson parler comme un enfant d’une dizaine d’année mais au moins, il y avait un peu d’émotions. Chiriko explique pourquoi il a tardé à se réincarner et révèle à Taka qu’il sait qu’il est le personnage d’un livre. Dans l’OVA, le bébé qui parle avec la voix de Chiriko, ça c’est bien avéré bizarre. Il n’y a aucune explication sur la réincarnation tardive de Chiriko et lorsque ce dernier parle à Taka du livre, il n’y a pas le temps de s’émouvoir car une scène d’action suit immédiatement. Et tout l’OVA est comme ça. Pour raconter l’histoire en quatre épisodes, des passages sont coupés et tout s’enchaîne tellement vite qu’il n’y a plus d’émotions.

Changement de style

Fushigi Yuugi Eikouden 04

Les paysages sont bien plus beaux que dans les précédentes animations.

Et c’est dommage parce qu’à part ça, Fushigi Yūgi -Eikō Den- est plutôt beau et bien animé si on oublie les monstres en image de synthèse (ça c’est vraiment moche). Le style de Watase Yū a considérablement évolué avec les années et cette évolution se retrouve dans la série d’OVA. On peut d’ailleurs observer cette différence dans le premier OVA quand Mayo voit défiler les événements de la série TV. Personnellement, j’ai une préférence pour le style de la série TV car le style de Watase Yū que je préfère est celui qu’elle avait à l’époque de Fushigi Yūgi. Dans Fushigi Yūgi -Eikō Den-, je trouve que Taka/Tamahome et Hotohori n’ont pas l’intensité qu’ils avaient dans la série TV. Même remarque pour Tasuki qui est celui qui souffre le plus du changement de style. Je le préfère largement dans sa version série TV. Enfin, Houki, l’épouse d’Hotohori ne ressemble plus du tout à Nuriko alors qu’elle est censée être son sosie.

C’est franchement mauvais

Chichiri, Taka et Tasuki.

Chichiri, Taka et Tasuki.

L’autre problème avec Houki, c’est que dans la série TV, elle était doublée par Sakamoto Chika qui doublait également Nuriko. Ça ne posait pas de problème puisque Houki entrait en scène après la disparition de Nuriko. Mais voilà, dans Fushigi Yūgi Gaiden -Suzaku Hi Den-, Nishizaki Megumi nous raconte qu’en fait, bien avant l’arrivée de Miaka au royaume de Kōnan, Houki et Nuriko s’étaient rencontrés et étaient même devenus amis. Et dans Fushigi Yūgi -Eikō Den-, non seulement Houki et Nuriko apparaissent ensemble à la fin mais évidemment, trop heureux de se retrouver, ils échangent quelques mots. Moment bizarre assuré. À part ça, rien à dire sur le casting qui n’a pas changé et est toujours aussi parfait si on fait abstraction de Houki. L’opening themeChijō no seiza, est magnifique. L’ending theme, YES-Koko ni eien ga aru, est un extrait du 16e album (White kiss) de Koyasu Takehito, le seiyū de Hotohori.

Je doute sincèrement qu’il y ait quelqu’un sur Terre qui apprécie Fushigi Yūgi -Eikō Den-. C’est franchement mauvais et ça ne fait honneur ni au manga ni à la série TV. À la limite, lisez les romans de Nishizaki Megumi mais laissez tomber cette OVA.

Coralie

J'aime les anime, manga et jeux vidéo en version originale. Mes sujets favoris sont Tetsuwan Atom, les jeux Famicom, Watase Yū et les jeux d'Otomate.

You may also like...

Leave a Reply

%d bloggers like this: