[PC] Kanon 🔞

Kanon est un jeu développé par Key et édité par VisualArt’s. Sorti au Japon le 4 juin 1999 sur PC, ce jeu de romance pour adulte est le premier jeu de Key. Le jeu est, par la suite, sorti en version tout public et a connu diverses adaptations.

Les souvenirs perdus

Kanon

Menu du jeu.

Pour des raisons familiales, Aizawa YÅ«ichi emménage chez sa tante Minase Akiko dans une ville enneigée au nord du Japon. Sa dernière visite dans cette ville remonte à sept ans mais il n’en garde aucun souvenir. YÅ«ichi rencontre cinq filles et au fur et à mesure que sa relation avec ces filles se renforce, les événements prennent une tournure surnaturelle et les souvenirs oubliés refont surface.

L’histoire commence le 6 janvier quand il retrouve sa cousine Minase Nayuki, la fille d’Akiko. Puis les jours suivants, il rencontrera Tsukimiya Ayu, l’héroïne principale de Kanon, Misaka Shiori, Kawasumi Mai et Sawatari Makoto. L’histoire suit une route commune puis emprunte, selon vos choix, les routes propres aux cinq héroïnes. Toutes (sauf une) ont évidemment un lien avec les souvenirs perdus de YÅ«ichi.

Sarcasme et mièvrerie

Kanon

Première rencontre avec l’héroïne principale de Kanon : Tsukimiya Ayu.

Peu de choses sont connues sur YÅ«ichi et ça a de toute façon peu d’importance. Ce qui distingue YÅ«ichi et qui l’a rendu sympathique à mes yeux, c’est son sarcasme qui cache en fait une vraie gentillesse et qui tranche avec la mièvrerie de certaines héroïnes. Ayu fait partie des héroïnes qui m’ont paru sympathiques et pas trop énervantes. Je l’ai même parfois trouvée drôle, surtout face aux sarcasmes de YÅ«ichi. Mon avis est plus mitigé concernant Nayuki. Son air ahuri, parfois stupide, m’a fortement déplu mais j’ai apprécié son implication dans certaines routes. Je n’ai pas du tout aimé la mystérieuse et taciturne Mai qui aurait pu être cool si elle n’avait pas elle aussi un côté un peu stupide. En revanche, j’ai bien aimé Shiori qui est sûrement ma favorite car c’est celle que j’ai trouvée la moins sotte et la moins mièvre. Enfin Makoto m’est complètement sortie par les yeux du début à la fin.

Routes

Kanon

Mon personnage favori : Misaka Shiori.

La route commune commence le 6 janvier. Au 11 janvier, il est possible de rejoindre la route de Mai si vous vous rendez à l’école de nuit pour récupérer le cahier de Nayuki. Pour moi, c’était la route la plus chiante à suivre donc j’étais contente d’en être débarrassée dès le début. Pour obtenir toutes les CG de Mai, il vous faudra recommencer sa route une nouvelle fois pour pouvoir, le 26 janvier, suivre la route de son amie Sayuri. Si vous ne suivez pas la route de Mai le 11 janvier, la route commune se poursuit jusqu’au 12 où vous pouvez choisir la route de Shiori. Dans sa route, attention au 29 janvier à ne pas vous diriger vers la BAD END qui ne vous apportera aucune CG supplémentaire. Si le 12 janvier vous continuez votre chemin sur la route commune, vous tombez le lendemain sur Ayu qui est toujours à la recherche de son objet perdu. Aidez-la à chercher pour rejoindre sa route. Le 27 janvier, vous aurez le choix entre la fin normale et la vraie fin d’Ayu. Si le 13 janvier vous dites à Ayu qu’elle ferait mieux d’abandonner ses recherches, vous continuez votre chemin sur la route commune jusqu’au 17 janvier. Continuez à surveiller Makoto pour suivre sa route ou rentrez tranquillement à maison pour emprunter celle de Nayuki. Je vous recommande de faire celle de Nayuki avant celle de Makoto car il faut avoir fini la route de Nayuki pour obtenir sa dernière CG dans la route de Makoto, le 18 janvier.

Nakigē

Kanon

La mystérieuse et taciturne Kawasumi Mai.

Kanon est un jeu prenant auquel j’ai apprécié jouer si on oublie la route de Mai que j’ai vraiment trouvé ennuyante et les scènes H de chaque routes. Mais pour un nakigē, je n’ai pas du tout été émue par les histoires des cinq filles et je n’ai versé aucune larme. Est-ce que ça aurait mieux fonctionné si les personnages avaient été doublées, je n’en suis pas certaine. En dehors de la fin de Makoto, toutes les autres fins m’ont déçue car je trouve dommage de finir un nakigē sur un happy end.
Pour ce qui est du graphisme, à part la fontaine qui apparaît dans la route de Shiori, j’ai trouvé les décors sans intérêt, trop lisses, trop propres, sans âme et je ne me suis pas faite aux yeux immenses des personnages. Les yeux démesurés sont une caractéristique des anime/manga/jeux vidéo des années 90 et j’y suis bien sûr habituée mais là, ça m’a vraiment paru exagéré.

Beaux moments de malaises

Kanon

YÅ«ichi, Akiko, Nayuki et Makoto.

L’opening theme, Last regrets, et l’ending theme, Kaze no tadoritsuku basho, sont tous les deux interprétés par Ayana. Chaque fille a un thème musical. Celui de Mai, Shōjo no ori, est tout simplement magnifique. Les thèmes des quatre autres filles, en revanche, sont sans intérêt et toutes méritaient quand même des thèmes plus jolis. Shōjo no ori est le seul thème que j’ai réussi à lier à son personnage. Pour les autres, je les ai plus associés à des lieux qu’aux personnages correspondants.

Je ne parlerai pas de chef-d’œuvre pour ce premier jeu de Key mais Kanon offre tout de même d’excellents moments, surtout à la fin de chaque route où le suspens est grand. J’ai deux gros reproches pour ce jeu : les fins qui selon moi ne sont pas dignes d’un nakigē et les scènes H qui n’apportent rien si ce n’est de beaux moments de malaises.

Coralie

J'aime les anime, manga et jeux vidéo en version originale.

You may also like...

Leave a Reply

%d bloggers like this: