[Manga] AIR

AIR est un manga illustré par Katsura Yukimaru et édité par KADOKAWA SHOTEN dans la collection Kadokawa Comics A. Sortis respectivement le 10 août 2005 et le 10 juillet 2006, les deux volumes du manga comptent ensemble 15 chapitres. Il s’agit d’une nouvelle adaptation du jeu du même nom.

Grosse entorse à l’histoire originale

AIR

Première de couverture du premier volume.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’histoire, la voici : Kunisaki Yukito, un jeune vagabond marionnettiste rencontre par hasard, dans une petite ville au bord de la mer, une jeune fille nommée Kamio Misuzu. Misuzu est un peu étrange et veut désespérément jouer avec Yukito qui lui a d’autres soucis en tête : il a égaré la poupée avec laquelle il fait ses spectacles. Sans poupée, pas de spectacle ; et sans spectacle, pas d’argent pour manger. Grâce à la persévérance de la jeune fille, Yukito et Misuzu finissent toutefois par se lier d’amitié. Mais peu à peu, Yukito remarque que Misuzu n’est pas juste bizarre : elle semble lutter contre une mystérieuse maladie.

Après, la série TV et le film d’animation, Yukito et Misuzu sont de retour pour l’adaptation d’AIR en manga. Ne vous fiez pas à la couverture, comme dans le film, les histoires de Kirishima Kano et Tōno Minagi sont délaissées au profit de celle de Kamio Misuzu (tant pis pour les fans de Kano et Minagi). L’arc SUMMER, qui est pourtant un élément important de l’histoire, passe complètement à la trappe. Faut dire qu’en seulement deux volumes, il était difficile pour Katsura Yukimaru de traiter tous les arcs et toutes les histoires. Kamio Misuzu étant mon personnage préféré, l’impasse faite sur les deux autres personnages ne m’a pas du tout dérangée (au contraire). En revanche, j’ai été un énormément déçue par l’absence de l’arc SUMMER et surtout (surtout !) par la fin qui est selon moi une grosse entorse à l’histoire originale. Je me demande bien ce qui est passé par la tête de Katsura Yukimaru pour nous sortir une fin pareille.

La fille ailée

Kunisaki Yukito et Kamio Misuzu.

Kunisaki Yukito et Kamio Misuzu.

Kunisaki Yukito voyage seul et pour manger, il donne des spectacles où il fait bouger, à l’aide d’un mystérieux pouvoir, une vieille poupée. Son but est de rencontrer la fille ailée qui vit dans le ciel dont lui parlait sa défunte mère quand il était petit. Il est un peu brusque dans sa façon d’être et manque parfois de sens commun mais il est au fond très gentil.
Kamio Misuzu est la première à rencontrer Yukito à qui elle adresse la parole dans l’espoir de gagner son amitié. Car Misuzu n’a pas d’amies et s’ennuie. Elle vit avec sa tante Haruko qui est souvent absente à cause de son travail. À l’école, elle a de mauvaises notes et est fréquemment en retard. Malgré cette existence plutôt triste, elle sourit et rit tout le temps.

Kamio Haruko est l’opposée de sa douce et nonchalante nièce. Hyperactive, grosse buveuse, elle est ouverte d’esprit et parle le kansai-ben. Elle possède une moto qu’elle conduit même sous l’emprise de l’alcool (ne faites pas ça dans la vraie vie) et qu’elle envoie valser contre la grange de la maison quand elle rentre (ne faites pas ça non plus).
Kirishima Kano est une fille enjouée qui porte au poignet droit un bandana jaune qu’elle ne doit pas enlever si elle veut pouvoir un jour utiliser la magie. Ses parents étant décédés, elle vit seule avec sa sœur aînée, Kirishima Hijiri, qui dirige une petite clinique.
Tōno Minagi est la camarade de classe de Misuzu et dirige le club d’astronomie de son école dont elle est le seul membre. Calme, elle laisse peu paraître ses émotions mais elle déborde d’amour maternel et a un doux caractère.

Manque de charme

Kirishima Kano et Hijiri, Tōno Minagi et Michiru, Yukito et Misuzu.

Kirishima Kano et Hijiri, Tōno Minagi et Michiru, Yukito et Misuzu.

Quand j’ai vu qu’il n’y avait que deux volumes pour l’adaptation de ce long jeu qu’est AIR, j’ai su que Katsura Yukimaru n’allait pas raconter tous les arcs en détails. Personnellement, cela ne m’a nullement dérangé qu’il n’y ait que l’histoire de Misuzu de racontée. Fans de Minagi, ne soyez pas tristes, un court chapitre lui est consacré à la fin du deuxième volume. C’est mieux que rien. Pour les fans de Kano, en revanche, il n’y a pas de lot de consolation. Mais lisez quand même ce manga car il est vraiment très drôle ! Une de mes scènes favorites est quand Haruko rentre du travail et découvre que Misuzu a invité Yukito à dormir chez elles alors qu’il est un parfait inconnu. Les échanges entre les trois personnages sont tout simplement hilarants. Cette scène est bien sûr tirée du jeu et elle apparaît aussi dans la série TV. Je l’adore.

Concernant l’illustration, le style de Katsura Yukimaru est vraiment très beau. J’ai trouvé les personnages féminins joliment dessinés mais pour Yukito, j’ai trouvé qu’il manquait de charme. Et concernant le scénario, j’ai tellement apprécié de retrouver l’humour du jeu que je pardonne l’absence de l’arc SUMMER et la fin un peu malmenée.

Malgré ses quelques défauts, le manga AIR n’est pas une mauvaise adaptation. Comme Dezaki Osamu et son film, Katsura Yukimaru a voulu donner son interprétation de l’œuvre originale et elle s’en tire plutôt bien. Un ou deux volumes en plus n’auraient pas été de trop pour inclure l’arc SUMMER et ainsi expliquer ce qui arrive à Yukito et Misuzu. Pour apprécier entièrement ce manga, l’idéal serait d’avoir joué au visual novel et/ou d’avoir vu la série TV.

[Film d’animation] AIR

AIR est un film d’animation réalisé par Dezaki Osamu et produit par les studios TOEI ANIMATION et Frontier Works. Sorti au cinéma le 5 février 2005, ce film romantique de 90 minutes est la libre adaptation du jeu PC du même nom.

D’une façon différente

Kunisaki Yukito et Kamio Misuzu.

Kunisaki Yukito et Kamio Misuzu.

Kunisaki Yukito, est un jeune vagabond marionnettiste qui rencontre par hasard, dans une petite ville au bord de la mer, une jeune fille liée à une légende : Kamio Misuzu. Yukito se lie d’amitié avec elle et l’aide à faire son devoir d’été. Malheureusement, Misuzu semble lutter contre une mystérieuse maladie.

Si vous avez joué au jeu et vu la série TV, vous vous attendez sûrement à revoir un peu la même chose. Alors oui, vous allez bien retrouver les mêmes personnages, les scènes-clés, l’arc SUMMER, bref le même fil conducteur mais l’ensemble est traité d’une façon si différente que vous n’aurez pas cette impression de déjà vu. C’est finement joué de la part de Dezaki Osamu.

Les gens ailés

La plus grosse différence entre ce film et la série TV est le style visuel.

La plus grosse différence entre ce film et la série TV est le style visuel.

Kunisaki Yukito voyage seul et pour manger, il donne des spectacles où il fait bouger, à l’aide d’un mystérieux pouvoir, une vieille poupée. Son but est de rencontrer la fille ailée qui vit dans le ciel dont lui parlait sa défunte mère quand il était petit. Il est un peu brusque dans sa façon d’être et manque parfois de sens commun mais il est au fond très gentil. Kamio Misuzu est la première à rencontrer Yukito à qui elle adresse la parole dans l’espoir de gagner son amitié. Car Misuzu n’a pas d’amies et s’ennuie. Elle vit avec sa tante Haruko qui est souvent absente à cause de son travail. À l’école, elle a de mauvaises notes et est fréquemment en retard. Malgré cette existence plutôt triste, elle sourit et rit tout le temps. De l’arc SUMMER, on retrouve Ryūya, ancien rōnin et le garde du corps de Kannabi no Mikoto. Ne comptant que sur sa force depuis son enfance, il enchaîne les combats sanglants et a, de fait, développé une excellente technique au sabre. Kannabi no Mikoto, dite Kanna, a une énorme paire d’ailes dans le dos qu’elle a hérité à sa naissance de sa lignée : les gens ailés. Elle est la dernière de cette lignée. Déifiée, Kanna est respectée mais gardée en captivité sous prétexte de la protéger. Derrière ce respect se cachent de mauvaises intentions et la peur des gens ailés. Uraha est une domestique de Kanna qui aime faire les choses à son rythme. Quand elle parle, il est difficile de savoir si elle sérieuse ou non. De nature plutôt calme, elle est loyale envers sa maîtresse mais aime aussi s’amuser à ses dépens.

Fleurs de cerisiers

Kanna et Ryūya.

Kanna et Ryūya.

La plus grosse différence entre ce film et la série TV est le style visuel. Les studios TOEI ANIMATION ont remplacé Kyoto Animation à la production et ce fut moyennement apprécié. Dans l’audio commentary du DVD, le réalisateur Dezaki Osamu et le scénariste Nakamura Makoto, racontent qu’ils ont essuyé de grosses critiques de la part des fans. L’animation de TOEI montre plus de profondeur et de texture mais on peut déplorer des changements dans le character design (notamment Kunisaki Yukito). Autre défaut visuel : quand Kanna et Ryūya sont à l’écran, de nombreuses pétales de fleurs de cerisiers envahissent l’image. C’est beau mais ça ne met pas en valeur les personnages. Il y a également une scène où Misuzu est assise sur la plage et sa tête se met à grossir de façon grotesque comme si elle allait sortir de l’écran. On se serait passé de ce genre de bizarreries.

Caméo

Estampe sur Kanna et Ryūya.

Estampe sur Kanna et Ryūya.

Si on continue la comparaison entre le film et la série TV, il y a deux autres grosses différences : l’histoire d’amour entre Yukito et Misuzu et le parallèle entre leur histoire et celle de Ryūya et Kanna qui étaient moins explicites voire inexistants dans la série TV. Et pourtant, dans le jeu, la relation amoureuse entre Yukito et Misuzu est plus qu’explicite, si vous voyez ce que je veux dire…
Le film rend donc finalement sa place à un point important de l’intrigue. Quant au parallélisme entre les deux histoires, j’ai trouvé ça joliment fait. Un gros point négatif tout de même pour les fans de Kirishima Kano et de Tōno Minagi : les deux autres filles du jeu n’apparaissent qu’en caméo. Moi depuis la sortie du jeu, j’estime que juste l’histoire de Misuzu suffit à faire d’AIR une œuvre magnifique.

Un grand respect envers le jeu

Kunisaki Yukito et Kamio Haruko.

Kunisaki Yukito et Kamio Haruko.

L’opening theme, Tori no Uta, l’insert songAozora, et l’ending theme, Farewell song, ont été conservés pour mon plus grand bonheur. En revanche, l’image songIF DREAMS CAME TRUE, ne m’a pas plu. Du côté du doublage, Midorikawa Hikaru reprend le rôle de Kunisaki Yukito alors qu’il l’avait laissé à Ono Daisuke dans la série TV. Miki Shin’ichirō retrouve lui aussi le rôle de Tachibana Keisuke, le père de Misuzu, qu’il avait laissé à Tsuda Kenjirō dans la série TV. Le reste du doublage n’a jamais changé depuis la sortie du jeu.

Je suis la première à crier au scandale quand une adaptation s’éloigne de l’œuvre originale et pourtant, rien ne m’a choquée dans ce film d’animation. Malgré les différences visuelles et scénaristiques, je trouve que Dezaki Osamu et Nakamura Makoto ont fait preuve d’un grand respect envers le jeu AIR. Évidemment si Kamio Misuzu n’est pas votre personnage favori, vous risquez d’être un peu déçu.

[TV anime] AIR

AIR est une série TV réalisée par Ishihara Tatsuya et produite par TBS, PONY CANYON, Movic et Kyoto Animation. Diffusée pour la première fois le 6 janvier 2005, la série du genre romance compte douze épisodes, un épisode de résumé et deux épisodes spéciaux, intitulés AIR IN SUMMER, de 24 minutes. Cet anime est l’adaptation du jeu PC du même nom.

Une seule histoire

Kunisaki Yukito.

Kunisaki Yukito.

L’histoire est la même que celle du jeu. L’arc DREAM est repris dans les épisodes 1 à 7 qui traitent des histoires de Kamio Misuzu, Kirishima Kano et Tōno Minagi. L’arc SUMMER est raconté dans les épisodes 8 et 9 et les trois derniers épisodes sont uniquement consacrés à Kamio Misuzu (arc AIR). Pour ceux qui ne connaissent pas le jeu, c’est l’histoire de Kunisaki Yukito, un jeune vagabond marionnettiste qui rencontre par hasard, dans une petite ville au bord de la mer, trois jeunes filles, toutes liées à une légende. Dans le jeu, ces trois rencontres donnent lieu à trois histoires différentes mais dans l’anime, il n’y a qu’une seule histoire. C’est principalement celle de Kamio Misuzu, qui est racontée : Yukito se lie d’amitié à Misuzu qui lutte contre une mystérieuse maladie. Il veut l’aider mais disparaît avant de pouvoir la sauver. Liée à l’histoire de Misuzu, il y a l’histoire de Kanna (arc SUMMER), qui se déroule lors d’un été mille ans plus tôt et apporte un éclairage sur la relation entre Yukito et Misuzu.

J’adore AIR et j’ai énormément ri en regardant cette série. Yukito, Haruko et même Minagi sont hilarants. L’histoire du jeu est plutôt respectée : il y a, bien sûr, quelques petites entorses au scénario mais elles ne nuisent en rien à l’histoire originale. On perd quelques gags du jeu mais on en gagne d’autres. L’ambiance est fidèle à celle du jeu : les lieux et les musiques du jeu ont été conservés pour mon plus grand plaisir.

La fille ailée qui vit dans le ciel

Kamio Misuzu et Kunisaki Yukito.

Kamio Misuzu et Kunisaki Yukito.

Kunisaki Yukito voyage seul et pour manger, il donne des spectacles où il fait bouger, à l’aide d’un mystérieux pouvoir, une vieille poupée. Son but est de rencontrer la fille ailée qui vit dans le ciel dont lui parlait sa défunte mère quand il était petit. Il est un peu brusque dans sa façon d’être et manque parfois de sens commun mais il est au fond très gentil. Kamio Misuzu est la première à rencontrer Yukito à qui elle adresse la parole dans l’espoir de gagner son amitié. Car Misuzu n’a pas d’amies et s’ennuie. Elle vit avec sa tante Haruko qui est souvent absente à cause de son travail. À l’école, elle a de mauvaises notes et est fréquemment en retard. Malgré cette existence plutôt triste, elle sourit et rit tout le temps. Kirishima Kano est la deuxième fille que rencontre Yukito. Kano est une fille enjouée qui porte au poignet droit un bandana jaune qu’elle ne doit pas enlever si elle veut pouvoir un jour utiliser la magie. Ses parents étant décédés, elle vit seule avec sa sœur aînée qui dirige une petite clinique. Contrairement à Misuzu, elle a beaucoup d’amies et elle communique également avec une sorte de chien nommé Poteto. Tōno Minagi est la troisième fille que rencontre Yukito. Camarade de classe de Misuzu, elle est la meilleure élève et dirige le club d’astronomie de son école dont elle est le seul membre. Calme, elle laisse peu paraître ses émotions mais elle déborde d’amour maternel et a un doux caractère. Quand Yukito lui pose une question, elle répond d’une façon un peu boke. Mais elle fait aussi beaucoup de remarques pertinentes. Elle aime le riz, l’astronomie, la lecture et passer du temps avec Michiru devant une gare abandonnée. Dans les épisodes 8 et 9, consacrés à l’arc SUMMER, il y a Ryūya, ancien rōnin, est le garde du corps de Kannabi no Mikoto. Ne comptant que sur sa force depuis son enfance, il enchaîne les combats sanglants et a, de fait, développé une excellente technique au sabre. Avec Uraha, il aide Kannabi no Mikoto à s’échapper de son temple pour retrouver sa mère, Yaobikuni, scellée dans les montagnes sacrées à cause de son puissant pouvoir. Kannabi no Mikoto, dite Kanna, a une énorme paire d’ailes dans le dos qu’elle a hérité à sa naissance de sa lignée : les gens ailés. Elle est la dernière de cette lignée. Déifiée, Kanna est respectée mais gardée en captivité sous prétexte de la protéger. Derrière ce respect se cachent de mauvaises intentions et la peur des gens ailés. Uraha est une domestique de Kanna qui aime faire les choses à son rythme. Quand elle parle, il est difficile de savoir si elle sérieuse ou non. De nature plutôt calme, elle est loyale envers sa maîtresse mais aime aussi s’amuser à ses dépens.

L’enchaînement des évènements

Ryūya, Kanna et Uraha.

Ryūya, Kanna et Uraha.

L’anime ne compte que douze épisodes (sans compter l’épisode-résumé et les deux épisodes spéciaux AIR IN SUMMER). Douze épisodes, c’est peu pour l’adaptation de ce très long jeu. Et ça joue sur le rythme de la série. Dans le jeu, il se passe plusieurs jours dans le jeu avant que Misuzu n’évoque son « autre moi dans le ciel ». Dans l’anime, elle en parle dès le premier épisode. Et dès le deuxième épisode, elle évoque ses rêves dans le ciel. Ce n’est pas une mauvaise chose que les évènements s’enchaînent aussi vite mais peut-être qu’avec quelques épisodes de plus, l’histoire aurait pu être traitée plus en profondeur. Les deux épisodes consacrés à l’arc SUMMER auraient pu ne pas l’être puisque les deux épisodes spéciaux le racontent très bien.

Ambiance sereine

Misuzu et Yukito devant le temple de la ville.

Misuzu et Yukito devant le temple de la ville.

Quelle joie de retrouver la maison de Misuzu et le temple de la ville ! Les lieux sont les mêmes que dans le jeu et sont toujours aussi agréables à regarder. On retrouve parfaitement l’ambiance sereine d’une petite ville japonaise qui prend vie grâce à une belle animation. On redécouvre les lieux et on a encore plus l’impression d’y être que dans le jeu. Le ciel, sous toutes formes, est encore une fois parfaitement représenté.

L’arc SUMMER n’a pas été oublié et dans les deux épisodes qui y sont consacrés, on replonge dans le Japon féodal et ce qui le caractérise si bien : le temple dans lequel vit Kanna, les kimono et les armes.

Musiques du jeu

Kamio Haruko est la tante de Misuzu.

Kamio Haruko est la tante de Misuzu.

Pour mon plus grand plaisir, les musiques de l’anime sont les même que celles du jeu. L’opening theme, Tori no Uta, l’ending theme, Farewell song, et l’insert song, Aozora, tous interprétés par Lia, sont vraiment magnifiques. Pour rester dans la comparaison jeu/anime, j’ai été ravie de pouvoir réentendre Hisakawa Aya (Sōma Yuki dans Fruits Basket) dans le rôle de Kamio Haruko mais j’ai regretté l’absence de Midorikawa Hikaru qui jouait Kunisaki Yukito dans le jeu. Il a toutefois été remplacé par le talentueux Ono Daisuke (Satō-sensei dans A-CHANNEL). Et puis, même si c’est un rôle secondaire, j’ai déploré le remplacement de Miki Shin’ichirō qui jouait Tachibana Keisuke, le père de Misuzu, par Tsuda Kenjirō.

Je vous recommande bien évidemment AIR. L’animation est belle, les musiques magnifiques et les personnages sont vraiment charmants. Il y a beaucoup d’émotion et cerise sur le gâteau, pas de scènes érotiques ! Il aurait peut-être fallu un peu plus de douze épisodes pour mieux traiter le scénario.

Site officiel : http://www.tbs.co.jp/anime/air/

[PC] AIR

AIR est un jeu développé par Key et édité par VisualArt’s. Sorti au Japon le 8 septembre 2000 sur PC, ce jeu de romance pour adulte a, par la suite, été adapté en TV anime.

DREAM, SUMMER et AIR

Menu du jeu.

Menu du jeu.

Le jeu est structuré en trois arcs : DREAM, SUMMER et AIR. Dans l’arc DREAM, l’histoire se déroule de nos jours. Le personnage principal, Kunisaki Yukito, est un jeune vagabond marionnettiste qui rencontre par hasard, dans une petite ville au bord de la mer, trois jeunes filles, toutes liées à une légende. Ces trois rencontres donnent lieu à trois histoires différentes. Parmi ces trois histoires, l’une se démarque : c’est celle de l’héroïne, Kamio Misuzu. Yukito se lie d’amitié avec Misuzu qui lutte contre une mystérieuse maladie. Il veut l’aider mais disparaît avant de pouvoir la sauver. Dans l’arc SUMMER, l’histoire, qui se déroule lors d’un été mille ans plus tôt, apporte un éclairage sur la relation entre Yukito et Misuzu dans l’arc DREAM. À la différence des deux autres arcs, le joueur n’intervient pas dans l’histoire : il n’a pas de choix à faire et se contente de lire. Dans l’arc AIR, on revient au lieu et à l’époque de l’arc DREAM. L’histoire est la même mais le joueur ne la voit plus du point de vue de Yukito. Il la voit du point de vue d’un corbeau nommé Sora. Le joueur devient donc spectateur de la relation entre Yukito et Misuzu. Sora est le témoin d’évènements comme la disparition de Yukito, la progression de la maladie de Misuzu, l’évolution de la relation entre Misuzu et sa tante Haruko…

Les personnages sont mignons et attachants, les histoires sont émouvantes, les images sont belles et les musiques sont magnifiques. J’ai aimé les histoires, surtout celle de Misuzu qui aurait suffi, à elle seule, à faire d’AIR un excellent jeu. J’ai adoré l’humour des personnages et les musiques qui rythment le jeu. En revanche, je n’ai pas aimé les images érotiques.

La fille ailée qui vit dans le ciel

Kamio Misuzu.

Kamio Misuzu.

Le personnage principal est Kunisaki Yukito. Il voyage seul et pour manger, il donne des spectacles où il fait bouger, à l’aide d’un mystérieux pouvoir, une vieille poupée. Son but est de rencontrer la fille ailée qui vit dans le ciel dont lui parlait sa défunte mère quand il était petit. Il est un peu brusque dans sa façon d’être et manque parfois de sens commun mais il est au fond très gentil. Kamio Misuzu est l’héroïne du jeu. Elle est la première à rencontrer Yukito à qui elle adresse la parole dans l’espoir de gagner son amitié. Car Misuzu n’a pas d’amies et s’ennuie. Elle vit avec sa tante Haruko qui est souvent absente à cause de son travail. À l’école, elle a de mauvaises notes et est fréquemment en retard. Malgré cette existence plutôt triste, elle sourit et rit tout le temps.
Kirishima Kano est la deuxième fille que rencontre Yukito. Kano est une fille enjouée qui porte au poignet droit un bandana jaune qu’elle ne doit pas enlever si elle veut pouvoir un jour utiliser la magie. Ses parents étant décédés, elle vit seule avec sa sœur aînée qui dirige une petite clinique. Contrairement à Misuzu, elle a beaucoup d’amies et elle communique également avec une sorte de chien nommé Poteto. Tōno Minagi est la troisième fille que rencontre Yukito. Camarade de classe de Misuzu, elle est la meilleure élève et dirige le club d’astronomie de son école dont elle est le seul membre. Calme, elle laisse peu paraître ses émotions mais elle déborde d’amour maternel et a un doux caractère. Quand Yukito lui pose une question, elle répond d’une façon un peu boke. Mais elle fait aussi beaucoup de remarques pertinentes. Elle aime le riz, l’astronomie, la lecture et passer du temps avec Michiru devant une gare abandonnée.
Ces personnages apparaissent dans les arcs DREAM et AIR. Quatre autres personnages apparaissent dans l’arc SUMMER. Ryūya, ancien rōnin, est le garde du corps de Kannabi no Mikoto. Ne comptant que sur sa force depuis son enfance, il enchaîne les combats sanglants et a, de fait, développé une excellente technique au sabre. Avec Uraha, il aide Kannabi no Mikoto à s’échapper de son temple pour retrouver sa mère, Yaobikuni, scellée dans les montagnes sacrées à cause de son puissant pouvoir. Kannabi no Mikoto, dite Kanna, a une énorme paire d’ailes dans le dos qu’elle a hérité à sa naissance de sa lignée : les gens ailés. Elle est la dernière de cette lignée. Déifiée, Kanna est respectée mais gardée en captivité sous prétexte de la protéger. Derrière ce respect se cachent de mauvaises intentions et la peur des gens ailés. Uraha est une domestique de Kanna qui aime faire les choses à son rythme. Quand elle parle, il est difficile de savoir si elle sérieuse ou non. De nature plutôt calme, elle est loyale envers sa maîtresse mais aime aussi s’amuser à ses dépens.

Surnaturel, drame et tragédie

Kirishima Kano.

Kirishima Kano.

Il y a quatre histoires dans AIR : celles de Misuzu, de Kano, de Minagi et de Kanna. Mis à part l’histoire de Kanna où il y a des combats, les trois autres histoires se déroulent à un rythme plus lent dans un cadre tout ce qu’il y a de plus banal et ordinaire. Yukito et les trois filles sont les éléments surnaturels de l’histoire : Yukito a un mystérieux pouvoir qui lui permet de manipuler, sans fils et sans contact physique, une vieille poupée comme une marionnette ; Misuzu a une étrange maladie liée aux sentiments ; Kano est possédée par l’esprit d’une mère qui vivait dans l’ère féodale ; et Minagi vit entre sa mère qui la prend pour une autre enfant et Michiru qui s’avère être un esprit.
Avant que chaque histoire n’intègre ces éléments surnaturels, l’intrigue est légère et l’humour très présent. Les éléments surnaturels rendent les histoires dramatiques et même tragiques dans le cas de Misuzu.

Ambiance sereine

Tōno Minagi.

Tōno Minagi.

Les lieux où se déroulent le jeu sont très agréables à regarder. Les belles images et les couleurs vives créent parfaitement l’ambiance sereine d’une petite ville japonaise. Le ciel, qu’il soit bleu, crépusculaire ou étoilé, est très présent tout comme la nature dans la ville. Les lieux nous renseignent sur la vie japonaise à travers la petite ville, la maison de Misuzu, le temple, etc. Ils nous renseignent aussi sur l’époque : dans les arcs DREAM et AIR, l’histoire se déroule « de nos jours ». Le « de nos jours » désigne l’époque où a été créé le jeu (en 2000) : les écrans de téléviseurs et d’ordinateurs, loin d’être plats, trahissent le décor qui, sans eux, serait resté intemporel.
Dans l’arc SUMMER, le temple dans lequel vit Kanna, les kimono et les armes utilisées lors des combats nous indiquent que l’histoire se déroule dans le Japon féodal.

De merveilleuses musiques

Première rencontre avec Misuzu.

Première rencontre avec Misuzu.

Ce sont de merveilleuses musiques qui accompagne ce jeu. L’opening theme, Tori no Uta, l’ending theme, Farewell song, et l’insert song, Aozora, tous interprétés par Lia, sont vraiment magnifiques et collent parfaitement à l’ambiance du jeu. Le casting est composé de grands noms. Dans les arcs DREAM et AIR, nous avons Midorikawa Hikaru (Tamahome dans Fushigi Yūgi) dans le rôle de Kunisaki Yukito, Hisakawa Aya (Sōma Yuki dans Fruits Basket) qui double Kamio Haruko, Tamura Yukari (Watanabe Mayu dans AKB0048) qui prête sa voix à Michiru et Miki Shin’ichirō (Shingū Hayato dans PROJECT ARMS) dans le rôle de Tachibana Keisuke. Dans l’arc SUMMER, j’ai beaucoup apprécié la voix de Canna Nobutoshi (Takatsuki Ryō dans PROJECT ARMS) dans le rôle de Ryūya.

AIR est un jeu que je vous recommande pour ses magnifiques histoires et ses personnages attachants. Les beaux décors, les douces musiques et la belle voix de Lia m’ont enchantée. Tout aurait été parfait sans les images érotiques.

Site officiel : http://key.visualarts.gr.jp/product/air/