[TV anime] AMNESIA

AMNESIA est une série TV réalisée par Ōhashi Yoshimitsu et produite par le studio Brain’s Base ainsi que GENEON UNIVERSAL ENTERTAINMENT, Movic, Showgate, DAX PRODUCTION, AT-X et Frontier Works regroupés dans l’AMNESIA seisaku īnkai (comité de production AMNESIA). Diffusée pour la première fois au Japon du 7 janvier au 25 mars 2013, cette série romantique compte douze épisodes de 23 minutes. Cet anime est l’adaptation du jeu PSP du même nom.

Amnésie et confusion

Tōma est l'ami d’enfance de l’héroïne.

Tōma est l’ami d’enfance de l’héroïne.

L’anime reprend l’histoire de l’amnésique qui n’a toujours pas de nom : l’héroïne. Les deux premiers épisodes servent d’introduction, les épisodes 3 et 4 suivent l’histoire de Shin, les épisodes 5 et 6 celle d’Ikki, l’épisode 7 celle de Kent, les épisodes 8, 9 et 10 celle de Tōma et les épisodes 11 et 12 celle d’Ukyō. N’étant pas une très grande fan de Tōma, j’ai été déçue de voir que l’anime lui consacrait le plus d’épisodes. Shin, Ikki et Ukyō s’en sortent tous les trois avec environ deux épisodes et le pauvre Kent, un seul épisode. Pourquoi ? Une petite recherche sur le site officiel d’AMNESIA (PSP) et on trouve les résultats d’un sondage lancé sur les personnages d’AMNESIA. Sur les cinq garçons, c’est Tōma qui arrive en tête et Kent est bon dernier. Voilà peut-être la cause de cette répartition peu à mon goût.

Personnalités clichées

Ikki, le playboy aux yeux envoûtants.

Ikki, le playboy aux yeux envoûtants.

Les personnages sont les mêmes que dans le jeu : il y a l’héroïne amnésique, étudiante en psychologie ; Orion, l’esprit qui a l’apparence d’un garçon de dix ans ; Shin, l’ami d’enfance asocial, spartiate et un brin tsundere de l’héroïne ; Ikki, le playboy aux yeux envoûtants ; Kent, l’intello qui semble froid et parle de façon monocorde ; Tōma, l’autre ami d’enfance de l’héroïne, prêt à tout pour la protéger ; et Ukyō, tiraillé entre ses deux personnalités. Du côté des personnages secondaires, il y a Sawa, la meilleure amie de l’héroïne, Mine, une collègue du café où travaille l’héroïne, Waka, le patron de ce café, et Rika, la présidente du fanclub d’Ikki. Quand on sait qu’il faut plusieurs heures pour finir les routes des personnages dans le jeu, seulement deux épisodes par personnages ou même un seul pour Kent, c’est peu. Du coup, les histoires des cinq garçons sont très peu approfondies et des éléments très intéressants passent à la trappe. Je pense notamment, dans la route de Shin, à la culpabilité de Tōma. Ce dernier, dont l’histoire est racontée sur trois épisodes, est le seul à voir son histoire entièrement adaptée. La conséquence de toutes ces histoires peu développées, c’est qu’on ne voit pas énormément les cinq garçons et qu’on a donc pas le temps de s’attacher à eux. On retient juste d’eux leurs personnalités un peu clichées : Shin l’asocial, Ikki le playboy, Kent l’intello, Tōma le protecteur et Ukyō le schizophrène. L’héroïne, quant à elle, n’a toujours pas de nom mais on la voit un peu plus que dans le jeu. Elle est très mignonne mais malheureusement elle tape un peu sur les nerfs quand elle s’exprime tant elle est peu sûre d’elle. Orion, lui, est beaucoup moins présent que dans le jeu, et c’est dommage.

Adaptation difficile

Shin, l’ami d’enfance asocial, spartiate et un brin tsundere de l’héroïne.

Shin, l’ami d’enfance asocial, spartiate et un brin tsundere de l’héroïne.

L’adaptation des jeux de romance comme AIR ou AMNESIA est toujours un exercice difficile car là où le jeu offre des histoires indépendantes pour chaque personnage, le format de l’anime ne le permet pas. AMNESIA choisit alors de présenter les choses ainsi : après les deux premiers épisodes d’introduction, l’héroïne a un accident et elle se réveille amnésique un premier août, comme dans le jeu, dans la route de Shin. Puis, avant même que l’histoire ne soit approfondie, il arrive un nouvel accident à l’héroïne et elle se réveille, toujours un premier août, dans une nouvelle route. Ceux qui ne connaissent pas le jeu auront du mal à comprendre ce qui se passe. Même en y ayant joué, d’ailleurs, on se demande un peu ce qui se passe. Car l’histoire est un brin confuse et ce n’est qu’au dernier épisode qu’on a une explication. Et pourquoi l’histoire est confuse ? Parce que plusieurs petites histoires sont imbriquées dans une intrigue générale. L’intrigue générale, c’est l’héroïne amnésique qui passe de monde en monde. Chacun de ces mondes constitue une petite histoire. Malheureusement, l’héroïne change de monde avant même d’avoir recouvré ses souvenirs donc avant même que la petite histoire soit résolue. Les mondes de Shin, Ikki et Kent se succèdent sans qu’il y ait de vrai dénouement à leurs relations avec l’héroïne.

Ville sombre voire glauque

Kent, l’intello qui semble froid et parle de façon monocorde.

Kent, l’intello qui semble froid et parle de façon monocorde.

L’histoire se passe toujours dans une ville lambda et comme dans le jeu, les personnages occupent énormément l’espace (beaucoup de plans rapprochés, gros plans voire très gros plans) au détriment du décor qui est le même que dans le jeu mais que j’ai trouvé moins beau, plus sombre voire glauque. Côté costumes rien n’a changé, ils sont toujours aussi chargés, en particulier celui de Kent. Il y a des carreaux, des rayures, des lacets, des boucles de ceintures, des pantalons, des chaussures bicolores et des accessoires en tout genre. Encore une fois, j’aurais préféré des vêtements plus simples qui ne fassent pas tant cosplay. En revanche, j’ai beaucoup aimé l’uniforme que portent les serveurs et serveuses du café de Waka. Les personnages sont vraiment beaux. Ils sont exactement comme dans le jeu mais (est-ce parce qu’ils sont plus animés ?) je les trouve bien plus plaisants dans la série TV. La seule chose qui m’a déplu, ce sont les yeux. Ils passent inaperçus dans le jeu mais dans l’anime, où les images sont plus grandes, quand il y a un gros plan sur les visages, on peut voir qu’ils n’ont pas une mais deux couleurs d’yeux. Je trouve que ce ne sont pas toujours des couleurs qui vont ensemble (surtout chez Kent, décidément) et la démarcation entre les deux couleurs est bien trop tranchée.

Boîte à musique du destin

Ukyō est tiraillé entre ses deux personnalités.

Ukyō est tiraillé entre ses deux personnalités.

Les génériques et la musique d’AMNESIA m’ont enchantée. J’ai tout particulièrement aimé l’opening theme, Zoetrope, interprété par Yanagi Nagi et adoré la musique de Dewa Yoshiaki qui accompagne l’histoire de l’anime. Le thème principal, unmei no orgel, est une jolie mélodie de boîte à musique. Il est décliné en plusieurs genres musicaux selon les personnages : version rock pour Shin (heart no sekai), jazz pour Ikki (spade no sekai), synthpop pour Tōma (dia no sekai), fanfare pour Orion (seirei no sekai), expérimentale (joker no sekai I) et baroque (joker no sekai II) pour Ukyō et ballade pour Kent (clover no sekai). C’est un délice pour les oreilles. Les doubleurs sont les mêmes que dans le jeu et c’est tant mieux. Pour l’héroïne qui n’avait pas de seiyū, c’est Nazuka Kaori qui lui prête sa voix.

Je ne sais pas si je recommande AMNESIA. Je dirai que ce genre d’anime, on ne les regarde pas pour leurs intrigues mais plutôt pour leurs beaux garçons. Là, il se trouve qu’il y a un semblant d’intrigue bien que confuse pour ceux qui n’auront pas joué au préalable à AMNESIA sur PSP. Mais le plus important reste les beaux garçons et, ça tombe bien, Shin, Ikki, Kent, Tōma et Ukyō le sont. Dommage que leurs apparitions soient si brèves.

Site officiel : http://www.anime-amnesia.com/

Coralie

J'aime les anime, manga et jeux vidéo en version originale. Mes sujets favoris sont Tetsuwan Atom, les jeux Famicom, Watase Yū et les jeux d'Otomate.

You may also like...

2 Responses

  1. 18 octobre 2015

    […] animaux, des déguisements, des lunettes et une surprise. Vous sentez le fanservice arriver ? La série TV n’ayant pas été excellente, j’étais pas très excitée à l’idée de regarder cette OVA. […]

  2. 1 février 2016

    […] AMNESIA est un jeu développé par DESIGN FACTORY et édité par IDEA FACTORY. Sorti au Japon le 18 août 2011 sur PSP, ce jeu de romance a, par la suite, été adapté en TV anime. […]

Leave a Reply

%d bloggers like this: